Wednesday, May 16, 2012

Say NO Wage Discrimination!



The federal government has changed the rules surrounding the Temporary Foreign Worker Program to now allow corporations to pay skilled migrant workers 15% less than their Canadian counterparts.
Companies have been pushing this agenda for years, trying to extract more labour for less.  What they couldn’t extract at the bargaining table, they are now attempting to obtain by manipulating our immigration system through deeply discriminatory rule changes.
With the help of the federal government, employers will have access to a fast and cheap pool of temporary labour – workers who in most cases will be denied the right to stay in Canada.
Without a doubt, this is discrimination based on ethnicity, race and country of origin. It violates the Canadian Charter of Rights and Freedoms and Canadian values of justice and fairness.
Canada’s new immigration model: Work hard and then get out.
The new rules will also fast-track employer applications for migrant workers – from approximately 12 weeks to only 10 days.  Could you suddenly pack up and move to another country in just 10 days?
But the rule changes won’t stop at highly skilled workers – federal Human Resources and Skills Development Minister Diane Finley has indicated the wage cut and fast-tracking could soon apply to other categories within the program.  This is an attack on all working people right across the country. The implications of these changes will affect us all and have huge consequences for the labour market and economy.

Dites NON à la discrimination salariale!
Le gouvernement fédéral a modifié les règles entourant le Programme des travailleurs étrangers temporaires pour permettre désormais aux entreprises de payer les travailleurs migrants qualifiés 15 % de moins que leurs vis-à-vis canadiens.
Les entreprises ont exercé des pressions à cet égard depuis plusieurs années en tentant de soutirer plus de travail des salariés pour moins de salaire. Ce qu’elles n’ont pu avoir à la table de négociation, elles tentent maintenant de l’obtenir en manipulant notre système d’immigration par le biais de modifications aux règles qui sont profondément discriminatoires.
Avec l’aide du gouvernement fédéral, les employeurs auront rapidement accès à un bassin de main-d’œuvre temporaire peu coûteuse, des travailleurs à qui, dans la plupart des cas, on refusera le droit de rester au Canada.
De toute évidence, il s’agit de discrimination basée sur l’ethnicité, la race et le pays d’origine. Cette disposition viole la Charte canadienne des droits et libertés, de même que les valeurs canadiennes de justice et d’équité.
Le nouveau modèle du Canada en matière d’immigration : travaillez fort et, ensuite, partez.
Les nouvelles règles vont aussi permettre d’accélérer les demandes des employeurs pour des travailleurs migrants, en passant de presque 12 semaines à seulement 10 jours. Pourriez-vous soudainement faire vos valises et déménager dans un autre pays en seulement 10 jours?
Mais les modifications aux règles ne se limiteront pas aux travailleurs hautement qualifiés. La ministre fédérale des Ressources humaines et du Développement des compétences, Diane Finley, a indiqué que la réduction salariale et les procédures rapides pourraient bientôt s’appliquer à d’autres catégories à l’intérieur du programme. C’est une attaque contre l’ensemble des travailleuses et travailleurs dans tout le pays. Les incidences de ces modifications vont tous nous affecter, et auront d’énormes conséquences sur le marché du travail et sur l’économie.

No comments:

Post a Comment